// SANTÉ ET ENVIRONNEMENT

- Foot et Santé: Mise en place d'un dispositif de dépistage et de traitement (bilharziose et syphilis) à partir d'un programme d'animation sportive. Cette action a bénéficié du soutien du Comité d'Entreprise de la Caisse d'Épargne Rhône-Alpes, à deux reprises, en 2001 et 2002. Plus de 600 enfants, entre 6 et 15 ans ont bénéficié de ce programme. 

- En 2010, nous avons récidivé grâce au soutien de l'OL Fondation pour la partie sportive, et de la Fondation Mérieux pour la partie médicale. Près de 300 enfants ont bénéficié d'un programme d'animation sportive sur l'année scolaire; comme dans les précédentes éditions, ils ont tous subi un dépistage des pathologies endémiques et les éléments atteints ont été traités et guéris.

- Brigade de l'Environnement: constitution d'équipes de nettoyage de la cité, par quartier, avec des charettes à ânes. Cette première initiative a été renouvellée en 2009, grâce à l'implication d'un group de lycéens de Trévoux, qui ont préparé pendant toute l'année scolaire précédente, un séjour de coopération très fructueux.

// ÉCONOMIE SOLIDAIRE

- Création d'une coopérative féminine d'élevage, pour favoriser l'autonomie économique des femmes et valoriser leur rôle dans l'organisation sociale.

- Appui à la création d'une savonnerie artisanale. 
- Constitution d'une banque coopérative junior, avec des enfants motivés, en gestion autonome, pour accorder des prêts tout au long de l'année scolaire. 
- Ouverture d'une épicerie solidaire, ponctuelle, pour faire face aux périodes de crise alimentaire et cassser la spéculation sur les productions vivrières. 
- Mise en place d'un dispositif de parrainage d'enfants en grande difficulté socio-économique, par un soutien régulier à la famille. 
- Constitution d'un fonds de soutien aux porteurs de micro-projets économiques.

// RECONSTRUCTION

Été 2006 : le 9 août à 8h du matin, des pluies diluviennes s'abattent sur Gorom, se déversant en trombes jusqu'à 14h sans interruption et ravageant 3 quartiers sur 5 de la ville. Le barrage de Touro s'éventre et l'effroyable torrent boueux emporte plus de 500 maisons : nattes, couvertures, vêtements et provisions céréalières s'engouffrent dans les flots incessants, qui charrient dans leurs eaux jaunâtre l'argile des murs et les fragiles toits de séko. 

ASD injecte 3000 euros en urgence, pour fournir des compléments alimentaires aux sinistrés. Les familles sont relogées provisoirement dans les équipements scolaires et autres bâtiments administratifs. Plus tard, des tentes seront prêtées par l'administration. Les plus hardis ont déjà bricolé un hangar de fortune où s'entasse la famille. Certes, un certain nombre de personnes est en capacité de mettre en oeuvre ses propres solutions (solidarité familiale, habitat provisoire). Mais pour les plus fragiles, il faut rapidement une aide intelligente. Non pas l'assistanat "clé en main" qui bafoue la dignité, mais une formule qui associe pleinement les habitants concernés. 

La méthode :
À partir d'un diagnostic partagé, nous centrons notre intervention sur la reconstruction de 100 maisons. 100 toits, pour les familles les plus démunies physiquement et financièrement : femmes seules avec plusieurs enfants en bas-âge, viellards esseulés, handicapés. La main d'oeuvre est constituée des habitants, encadrés par quelques maçons locaux. Des équipes vont se former, associant très largement le voisinage dans un esprit de coopérative ouvrière. Nous apportons le ciment, les tôles et les chevrons, ainsi que l'appui logistique. 

Le coût :
Nous avons estimé le coût total de la reconstruction, y compris les charges d'ingénierie et de structures, à 100 000 euros Pour 100 maisons (soit 1000 euros par maison). Les frais de gestion de l'opération ne dépassent pas les 5%.

L'objectif a été atteint à 95%. Cette opération a été entièrement financée par la Fondation Abbé Pierre, le Département du Rhône et le Sénat de la République française.

Télécharger notre plaquette du Foyer Eric Bouju ici :
Foyer Eric Bouju.pdf
Document Adobe Acrobat 1.6 MB